Formation des professeur de Kriya Hatha Yoga 2021-2022

 



Cette formation intensive se déroule en quatre modules (2 résidentiels de 6 jours, un week-end et 4h à distance pour l'étude des textes) avec une année de travail personnel et 300 heures de pratique donnant droit à un Certificat d'enseignant & à l’inscription à la fédération francophone du Yoga. 
En tant qu'étudiants du Kriya Yoga de Babaji vous êtes cordialement invité à devenir professeur du Kriya Hatha Yoga de Babaji. Un des meilleurs moyens d'approfondir votre pratique et de servir les autres est d'enseigner cet art scientifique et merveilleux qu'est le Kriya Yoga. Le programme vous permettra non seulement de remplir les conditions requises mais il favorisera également votre bien être personnel et votre croissance spirituelle.
Ce programme est pragmatique; il est centré sur la transformation personnelle tout autant que sur l'acquisition des compétences professionnelles.

Pour plus d'informations veuillez me contacter, et cliquer sur les liens : ici

 Satsang Sita 10 04 2021


(propos recueillis par Mukhande)

Les projections du mental

Comment notre mental définit-il en grande partie nos expériences ?

Le corps mental est comme un grillage au travers duquel la lumière de la conscience est projetée. Elle se manifeste de l’autre côté en forme quadrillée : il y a un impact. A un certain plan, cela est une illusion ou n’est pas réel, mais cela reste quelque chose qui maintient une certaine structure et donc crée des conséquences.

Notre corps mental est marqué dans sa trame d’empreintes infinies – de cette vie, de notre vie dans le ventre de notre mère, quand on marché dans la journée, que nos yeux se posent sur quelque chose…: il y a toute une construction incessante qui se réactualise à chaque fois qu’elle se met en mouvement.

 

Le centre de toute cette trame est l’identification avec le je, l’ego. Imaginons le corps mental comme poussiéreux, de toutes ces empreintes qui sont là. Dans chaque petite impureté qui circule au niveau de notre écran mental réside aussi le mécanisme d’identification. Plus le mental est rempli d’impuretés, plus nos humeurs ou nos pensées vont onduler ou bouger. On passe de la joie à la tristesse, du j’aime au j’aime pas, on fait comme un balancier d’une pensée à une autre pensée. On continue à intéragir de cette façon, sans s’en apercevoir.

Le jeu d’identification apporte du sens : ce n’est pas quelque chose de bon ou de mauvais… Mais dans cette situation il est très difficile d’être conscient de la conscience elle-même, que tout cela est une opération qui est en train de se dérouler dans le champ de conscience… Il n’y a pas assez de discernement pour faire la distinction entre ce qui est transitoire et ce qui est immuable… On continue à alimenter, en jouant le jeu, en étant dans la trame, on continue à nourrir l’inconscience, l’ignorance, avec notre propre force vitale, on le renforce… C’est comme une boule de neige : plus ça roule plus ça grandit… ça paraît presqu’impossible de sortir de ce circuit. L’ignorance se nourrit d’elle-même.

C’est là où la grâce de Guru arrive. C’est par sa grâce, par son opération divine qu’il arrive une sorte de retournement à l’intérieur de nous-même. Même si c’est passager, un petit instant, ce basculement nous permet de basculer dans une autre perception et de se réveiller. ‘Oh quelque chose est là que je n’avais pas vu’.

Il y a l’éclairage, il y a l’oubli. On apprend par contraste. C’est une erreur de croire qu’on doit se battre contre quelque chose car là même réside la dualité : il faut se débarrasser de quelque chose pour arriver ailleurs, c’est une vision fragmentée… collaborant à la vision globale de la dualité que nous sommes tous en train de créer à chaque instant, n’est-ce pas ? Ce sont des réalités qui sont superposées, dans une forme un peu fractale. Selon notre état de conscience on est capable d’accéder à l’une ou l’autre. La qualité de notre réception, de notre ‘wifi’, permet à ce que nos champs de conscience intègrent plus en même temps.

Comprenons le détachement : dépassons la notion de « il faut se détacher ». C’est une perception qui reste dans la dualité, pour passer d’une chose à une autre. Même si ça peut apporter un certain confort, cela continue à nous enfermer dans cette trame qui est rempli d’impuretés. Les impuretés sont aussi la raison par laquelle notre mental est si fragile, si facilement distrait. Il y a une implication, une dépendance, un enfermement dû à cet état d’emprisonnement. Les identifications peuvent perdre de leur substance et de leur capacité à destabiliser le mental. Celui-ci n’est plus accaparé par les expériences qui sont là.

Ça peut être traduit dans le langage énergétique. Toutes les impuretés mentales qui sont là, elles sont aussi inscrites d’une façon holistique au niveau énergétique, elles influencent le passage du prana dans nos veines subtiles et agitent le courant de notre énergie comme une rivière. L’eau doit trouver son chemin, au fur et à mesure que la rivière s’approche de l’océan, que les pierres sont dégagées, l’eau semble plus sereine.

(En lisant le monde et la nature on peut découvrir les lois des plans subtils. Tout nous est donné, tout nous est offert en abondance, chaque son nous amène vers le silence. Chaque expérience, chaque objet nous ramène à la maison.)

La présence de Guru est éternelle. Rappelons nous de cela quand on est en train de danser dans les trames de maya. Quand on se questionne et que cela ne va pas comme on veut, ou quand on est très joyeux, ayons la grâce de nous rappeler que tout passe. Plus on se passe dans cet alignement, l’œil du cyclone, immobilité totale, présence, plus on collabore à notre façon de ce changement dans notre entourage et à toute la création. Les grandes raisons de beaucoup de mouvements sont qu’on est en train de vivre cette naissance.

C’est très facile d’interagir avec l’Absolu dans la matière. Le sentez-vous ? D’être dans cette convergence multidimensionnelle. Avec des tous petits détails. Hier je cherchais quelque chose, une libellule est venue, je la regarde, et la solution est venue… Vous voyez : ça communique de partout… Donc oui nous vivons dans une période grande exigence, qui nous permet d’aller dans un total dépassement. En même temps que ça devient de plus en plus complexe et difficile, ça devient de plus en plus simple et beau…

Quelles que soient les considérations extérieures, gardez l’esprit libre.

Car un esprit libre ne peut être enfermé.

--

Satsang Sita 3 avril 2021

Aujourd’hui, en semaine sainte, je voulais parler avec vous de la présence du Christ… Pour moi le Christ ou Jésus représente un yogi, un « mahasiddha ». Dans mon ressenti profond, je n’en ai aucun doute.


Il est venu au moment de transition d’une ère, où l’on quitte les dogmes qui permettaient une certaine synthèse des mœurs. La relation avec le divin était établie sous une forme de peur. Dieu était honoré comme une entité sévère et punitive. La loi du talion est une loi très rigide – ‘œil pour œil, dent pour dent’. L’homme est soumis à ces lois, courbé. Cet être arrive comme un grand révolutionnaire pour l’époque. Grâce à la force qui l’anime, il apporte la bonne nouvelle, l’amour inconditionnel, l’énergie christique : celle qui par la porte du cœur nous met en lien avec le divin, transforme notre relation aux autres. Tout ce qu’il fait, chacun de nous peut le faire, et encore plus, en étant relié avec la Source de toute création.

Il symbolise la colonne vertébrale entre Terre et Ciel. La croix fait un lien du haut en bas et aussi une ligne horizontale reliant tous les êtres. Au cœur, il est posé comme une porte. Sa position est celle de notre cœur. Le cœur est le point de jonction.

Il crée l’axe par son sacrifice et la descente des royaumes les plus lointains de l’oubli, dans la mort, dans la séparation la plus absolue que l’être puisse connaître, il descend en conscience pour amener la trame, la trace. Dans le plus profond de l’oubli, on comprend que la lumière y est.

Naturellement, en croisant des situations cette semaine de préparation à cette descente, là où l’obscurité se faisait présence, je reconnaissais la présence christique, la lumière qui était là, en l’appelant par son nom à l’intérieur de mon cœur. Je disais « je te vois ici, je te reconnais, révèle-toi ». J’ai eu des compréhensions très profondes… Quand on vit des questions presqu’impossibles, on a qu’une envie : se débarrasser de toute cette chape de plomb, on se débat la dedans, on veut à tout prix s’en défaire. On a l’élan de notre âme d’aller vers le beau, le pur, l’absolu, l’harmonie qui sont des qualités directes de notre essence. Mais cette attitude nous maintient dans une dualitédans une impression qu’il nous faut quitter quelque chose pour aboutir à autre chose. Il y a une construction. Ici/là bas. Blanc/noir. Jour/nuit. C’est là que se fait la jonction : reconnaître la présence christique en toute chose. Dès qu’on pose le regard, on peut reconnaître cette petite flamme qui est encore là, se poser dessus, garder notre attention posée dessusl’inviter, le reconnaître, rester en lien, sentir tous ces parfums, ces sensations d’absolu. Cela grandit et devient le plus visible, le plus imprégné, transforme de l’intérieur vers l’extérieur, par notre capacité de le reconnaître.

Il n’existe pas de façon plus juste à mon avis, que de faire cette bascule qui nous est aujourd’hui demandée. En tout cas pour moi c’est un axe fondamental à comprendre. Chacun va l’interpréter à sa manière et va avoir un rôle particulier et une note particulière pour ramener à cette musique. Cette compréhension interne doit être notre colonne, notre lien direct avec notre souffle.

Expérimentez, laissez une place à l’intérieur de votre cœur, invitez cette énergie christique, appelez, observez comme cela répond immédiatement, avec une saveur, une vibration absolument particulière, celle de l’amour. Rentrons dans cette expérience de l’obscurité vers la lumière, de la mort vers la vie.

Les empreintes de Lazare parlent des morts, des aveugles qui retrouvent la lumière… ‘Ta foi libère.’ Laissons la foi à l’intérieur de nous grandir. Laissons cet espace disponible, même si on ne sait pas comment, si on ne sait pas quoi faire. Laissez une possibilité. La foi n’est pas une croyance. C’est un souvenir, une brèche laissée à la naissance permettant de percevoir la lumière absolue au travers de cette illusion de séparation. C’est comme quand on se réveille en se souvenant d’un rêve lointain, il y a quelques bribes : la foi nous permet cela, c’est l’élément essentiel nous permettant de nous rappeler de qui nous sommes.

 


SE RENCONTRER PAR LE SILENCE POUR ACCUEILLIR EN FLUIDITE LES ECHANGES TRANS-DIMENSIONNELS

Rencontrons-nous par le silence... Grâce à la posture et à la respiration, nous nous installons dans le silence. Nous laissons le silence pénétrer toutes nos cellules et nous élargir vers d’autres dimensions.

L’imprégnation du silence se trouve à l’arrière de tous nos sens. En faire l’expérience peut devenir très mobile, joyeux, spontané, intense. A partir de cette expérience, on peut interagir avec quoi que ce soit. Toutes les ondulations, dissonances, challenges, défis, joies, envies, paresses… petit à petit… perdent de leur emprise sur le champ global et se manifestent comme des choses très temporaires, observables. Développons le discernement pour reconnaître les différents états et nous relaxer quand c’est nécessaire.

Une partie de la conscience s’établit là où il n’y a pas de temps. Une autre partie continue d’interagir avec toutes les expériences limitatives. Il y a une forme de respiration et d’échange d’informations entre tous les plans. La carapace se transforme par la respiration trans-dimensionnelle… en une membrane qui nous laisse de plus en plus conscient des interactions. La membrane est faite de lumière. Elle permet la mise au point de toutes les expériences inconscientes, les espaces cachés, les choses non vues, non perçues. Ces espaces deviennent de plus en plus évidents, tout comme quand on nettoie une fenêtre très sale. Cette perméabilité permet cette netteté. Les résistances proviennent de la carapace, de l’envie ou la peur de la perdre, de l’espace mental qui souhaite continuer à exister de la sorte.

Les échanges se font comme du vent, tels des nuages qui passent dans le ciel, sans altérer l’habileté à rester dans l’axe, dans le silence. On se détache alors d’avoir une relation personnelle avec quoi que ce soit.

VIVRE L’INTENSITE DU PORTAIL REVOLUTIONNAIRE DE CONSCIENCE… EN CHAQUE OBJET…

Dans l’absorption méditative, on peut dire qu’on quitte une couche superficielle de perception pour descendre plus profondément en soi. On acquiert la capacité de se déplacer dans les différents niveaux. On devient la lumière qui éclaire, autant que le champ éclairé. Ce type de perceptions peut aussi se manifester dans les interactions les plus ordinaires de notre quotidien : on avait une habitude de se laisser absorber par l’objet et on ouvre un autre volet… Ce qui prédomine est le silence, bien que l’objet soit toujours là. Dans l’existence elle-même, chaque instant, chaque son nous ramènent vers Cela. C’est comme une inversion du courant. Et ce qui permet la bascule est juste comme le poids d’une plume d’un côté de la balance. Au lieu de nous entrainer dans l’oubli, chaque élément de l’oubli collabore au retour.

C’est la plus grande révolution que nous avons tous attendue, génération après génération, c’est la véritable métamorphose que nous sommes tous en train d’accomplir, qu’on le sache ou non. Tous les éléments qui sont là sont en train de collaborer à l’avènement de cette conscience, surtout les plus difficiles, qui nous poussent à nos limites.

Voilà une convergence d’une intensité formidable. En arrivant près du point bascule on sent une intensité, une sensation de ce qui devient plus vivant. Jusqu’à dépasser le mur du son, le mur de la membrane… Dans cet axe au-delà du temps, le passage est un portail, une brèche où l’éternité est posée.

Etablissons nous dans ces interstices où la qualité d’énergie est très concentrée : un élan. Apprenons à rester dans cette conscience pour traverser toutes les étapes qui nous sont données

Que chaque mot, chaque regard servent de catalyseur à la lumière de la conscience.

Que Guru agisse au travers de nous, qu’on en soit conscient ou pas.

Que nous soyons capables de nous y abandonner.


 Babaji’s Kriya Yoga Satsang avec Sita Siddhananda, le 27 mars 2021

(Propos recueillis par Mukhande)

 Satsang Babaji’s Kriya Yoga avec Sita Siddhananda le 27 mars 2021`

 

SE RENCONTRER PAR LE SILENCE POUR ACCUEILLIR EN FLUIDITE LES ECHANGES TRANS-DIMENSIONNELS

Rencontrons-nous par le silence... Grâce à la posture et à la respiration, nous nous installons dans le silence. Nous laissons le silence pénétrer toutes nos cellules et nous élargir vers d’autres dimensions.

L’imprégnation du silence se trouve à l’arrière de tous nos sens. En faire l’expérience peut devenir très mobile, joyeux, spontané, intense. A partir de cette expérience, on peut interagir avec quoi que ce soit. Toutes les ondulations, dissonances, challenges, défis, joies, envies, paresses… petit à petit… perdent de leur emprise sur le champ global et se manifestent comme des choses très temporaires, observables. Développons le discernement pour reconnaître les différents états et nous relaxer quand c’est nécessaire.

Une partie de la conscience s’établit là où il n’y a pas de temps. Une autre partie continue d’interagir avec toutes les expériences limitatives. Il y a une forme de respiration et d’échange d’informations entre tous les plans. La carapace se transforme par la respiration trans-dimensionnelle… en une membrane qui nous laisse de plus en plus conscient des interactions. La membrane est faite de lumière. Elle permet la mise au point de toutes les expériences inconscientes, les espaces cachés, les choses non vues, non perçues. Ces espaces deviennent de plus en plus évidents, tout comme quand on nettoie une fenêtre très sale. Cette perméabilité permet cette netteté. Les résistances proviennent de la carapace, de l’envie ou la peur de la perdre, de l’espace mental qui souhaite continuer à exister de la sorte.

Les échanges se font comme du vent, tels des nuages qui passent dans le ciel, sans altérer l’habileté à rester dans l’axe, dans le silence. On se détache alors d’avoir une relation personnelle avec quoi que ce soit.

 

VIVRE L’INTENSITE DU PORTAIL REVOLUTIONNAIRE DE CONSCIENCE… EN CHAQUE OBJET…

Dans l’absorption méditative, on peut dire qu’on quitte une couche superficielle de perception pour descendre plus profondément en soi. On acquiert la capacité de se déplacer dans les différents niveaux. On devient la lumière qui éclaire, autant que le champ éclairé. Ce type de perceptions peut aussi se manifester dans les interactions les plus ordinaires de notre quotidien : on avait une habitude de se laisser absorber par l’objet et on ouvre un autre volet… Ce qui prédomine est le silence, bien que l’objet soit toujours là. Dans l’existence elle-même, chaque instant, chaque son nous ramènent vers Cela. C’est comme  une inversion du courant. Et ce qui permet la bascule est juste comme le poids d’une plume d’un côté de la balance. Au lieu de nous entrainer dans l’oubli, chaque élément de l’oubli collabore au retour.

C’est la plus grande révolution que nous avons tous attendue, génération après génération, c’est la véritable métamorphose que nous sommes tous en train d’accomplir, qu’on le sache ou non. Tous les éléments qui sont là sont en train de collaborer à l’avènement de cette conscience, surtout les plus difficiles, qui nous poussent à nos limites.

Voilà une convergence d’une intensité formidable. En arrivant près du point bascule on sent une intensité, une sensation de ce qui devient plus vivant. Jusqu’à dépasser le mur du son, le mur de la membrane… Dans cet axe au-delà du temps, le passage est un portail, une brèche où l’éternité est posée.

Etablissons nous dans ces interstices où la qualité d’énergie est très concentrée : un élan. Apprenons à rester dans cette conscience pour traverser toutes les étapes qui nous sont données.

 

Que chaque mot, chaque regard servent de catalyseur à la lumière de la conscience.

Que Guru agisse au travers de nous qu’on en soit conscient ou pas.

Qu’on soit capable de s’y abandonner.

Calendrier 2021

 



Namaste

Om Kriya Babaji Nama Aum

Notre calendrier 2021 est en place pour la France et l Italie. Cette année nous avons plusieurs programmes, si vous avez des questions je vous invite à prendre contact avec moi  par email pour plus d'informations et inscriptions


Belle année 2021

En Yoga

Troisième initiation au Kriya Yoga de Babaji , du 20 au 29 août Août 2021

Namaste,

J'ai la joie de vous informer qu'on vient de confirmer une date pour donner la troisième initiation au Kriya Yoga de Babaji en France l'année prochaine. Si vous êtes initiés(e) depuis au moins deux ans et que vous pratiquez de manière régulière les techniques du kriya yoga, si vous sentez l'appel pour approfondir votre sadhana en apprenant des techniques avancées du kriya yoga, vous êtes invités(e) à participer à cette formation qui se déroulera du 20 au 27 août 2021. Veuillez trouver ci-dessous une lettre d'invitation avec quelques informations préliminaires. Pour plus d'informations, inscriptions veuillez prendre contact avec moi par email

Om Kriya Babaji Nama Aum

Lettre d'invitation à la troisième initiation au Kriya Yoga de Babaji
 Questionnaire  et serment à remplir pour inscription veuillez cliquer ICI

Seconde initiation au Kriya Yoga de Babaji en France du 7 au 9 Mai 2021


Avec Yogacharya Siddhananda Sita
Les étudiant(e)s du Kriya Yoga sont invité(e)s à participer à la seconde initiation au Kriya Yoga de Babaji. Durant la retraite nous apprendrons comment intégrer le Kriya Yoga dans la vie quotidienne. 
Cette formation, pour être efficace, doit être donnée dans un environnement naturel, loin des préoccupations quotidiennes pour une période prolongée. L’initiation aux mantras exige plus particulièrement un environnement sanctifié par des activités spirituelles telles le feu et les chants.
La retraite comprendra des activités variées: une formation à de nouvelles techniques de pranayama et de méditation, un jour de silence, la pratique en groupe des postures de yoga, des chants autour d’un feu sacré, des conférences sur le Kriya Yoga. Nous allons faire de la marche et de la méditation dans la forêt. La formation atteindra son apogée avec une initiation individuelle aux puissants “bija” (semence) mantras. Il y aura aussi des temps libres pour apprécier la beauté et la paix de l'environement.

L’Anthar Kriya Yogam vous révèlera comment intégrer la pratique du Kriya Yoga dans toutes vos activités: pendant les repas, le travail et même pendant le sommeil. L’art de vivre du Kriya Yoga nous permettra de nous débarrasser des entraves et des mauvaises habitudes.

PROGRAMME
Vendredi: 18h: Arrivée, Diner.

Samedi: Formation et pratique de plusieurs nouvelles techniques de pranayama. Début d’une période de 24 heures de silence. Pratique en groupe de Kriya Kundalini Pranayama et de Kriya Dhyana. Pratique en groupe des postures de yoga. Formation aux techniques psychophysiques, les bandahs et les mudras pour éveiller les chakras et pour énergiser le corps. Une méditation sur les paroles de Babaji: “Qui suis­-je ?”. Conférence sur “Les neuf obstacles à l’attitude de témoin selon Patanjali”. Atelier “Comment lâcher prise sur les émotions qui nous dérangent dans notre vie quotidienne”. Formation sur plusieurs techniques de méditation; pendant les activités, pendant la marche, et d’autres pour nous permettre de voir le “prana” et les auras, et de faire disparaître les nuages dans le ciel. Initiation à la pratique de “Yoga Nidra”; la méditation pendant le sommeil, le repos yoguique. Conférence sur la signification d’un mantra yagna et sur la science du mantra yoga. Organisation d’un “mantra yagna” (les chants autour d’un feu sacré). Conférence “Comment intégrer le Kriya Yoga dans la vie quotidienne”.
Dimanche: La consécration et la fin de la période de silence. Le début des chants autour du feu sacré utilisé pour le mantra yagna. Des équipes de 2 à 3 personnes se remplaceront toutes les heures jusqu’à 14h, et elles se purifieront et se prépareront pour l’initiation aux mantras des chakras et au mantra de leur choix correspondant à un des divers aspects de la Divinité. Instruction individuelle aux puissants “bija” mantras, et la pratique individuelle de la méditation et du mantra yoga.
Lundi un jour en plus pour continuer la pratique
16h: Départ

Apportez: des vêtements confortables de saison pour la pratique du yoga, marche et baignades, un tapis de yoga, un coussin de méditation, de quoi prendre des notes, une serviette de bain
Condition préalable: Avoir reçu la première initiation au Kriya Yoga de Babaji. 

Contribution suggérée 250 euros

Mode de paiement :
Un dépôt de 50 euros est requis pour réserver votre place et le reste est à payer sur place.
Par chèque à l'ordre de Carla Leite
41 rue du Soleil
13710 Fuveau

La réservation de l'hébergement à définir

RECAPITULATIF POUR INSCRIPTION
-complétez en renvoyez votre fiche d'inscription 
-arrhes 50 euros
Fiche à remplir  ICI

Première initiation 2021


Namaste, je suis heureuse de vous inviter aux prochaines dates d'initiations au Kriya Yoga de Babaji pour 2021.
Durant les deux jours les techniques spécifiques du Kriya Yoga (respiration, méditation et postures) seront transmises et pratiquées ensemble de façon intense.
La participation financière suggérée est de 250 euros.
Vous trouverez le bulletin d'inscription et détails de l'adresse pour cette session ainsi que toutes les autres dates dans la rubrique "calendrier initiations".
Pour d'autres questions, veuillez prendre contact par email. Merci de partager cette information avec d'autres personnes 


intéressées par cet art et science.